Interview croisée de 3E (PME) et Sirris (Accompagnateur en IA)

Murgia_Hoebeke

 

1.    Qui êtes-vous ? Que faites-vous ?

Alessandro Murgia : Je suis Data Scientist chez Sirris. Sirris est le centre collectif de l'industrie technologique belge. Nous accompagnons les entreprises, notamment les PME, dans l'accroissement de leur compétitivité grâce aux innovations technologiques. En tant que Data Scientist au sein du Data and AI Competence Lab, j'aide les entreprises à résoudre des défis commerciaux spécifiques en exploitant des technologies avancées d'analyse de données et d'intelligence artificielle.

Patrick Hoebeke : Je suis Senior Wind Data Analyst chez 3E. 3E est une société indépendante de technologie et de conseil créée en 1999. Nous proposons des services de conseil dans le domaine des énergies renouvelables et de l'efficacité énergétique. En outre, nous offrons une gamme de services logiciels pour la gestion optimale des portefeuilles solaires et éoliens sous le nom de SynaptiQ. En tant qu'analyste de données éoliennes, je développe des solutions pour la détection de problèmes dans les éoliennes.


2.    D’après votre expérience, quand et comment une PME belge prend-elle conscience de l’apport potentiel des technologies de l’intelligence artificielle pour améliorer certaines de ses performances ?

Patrick Hoebeke : Je pense personnellement que l'on ne comprend vraiment tout le potentiel qu'après avoir franchi le pas. Dans le passé, je perdais un temps impressionnant avec des tâches répétitives, incontournables. Non seulement c'était ennuyeux, mais surtout, cela limitait le temps disponible pour les analyses de base, là où se trouve la véritable valeur ajoutée. 3E a alors investi dans des compétences et des technologies de programmation pour automatiser ces tâches. Cela a permis de libérer du temps pour des analyses plus avancées et, dans le même temps, nous avons découvert tout un monde de possibilités, notamment avec les bibliothèques open source et les technologies de cloud computing.

Alessandro Murgia : J'ai observé que les PME sont souvent perdues et ne savent pas vraiment ce que l'IA peut signifier dans leur contexte spécifique. Chez Sirris, nous organisons donc généralement un atelier d'introduction avec l'entreprise où nous discutons de ce que l'IA pourrait signifier dans leur contexte spécifique. Ensuite, les entreprises commencent à réfléchir à la valeur ajoutée potentielle basée sur les informations obtenues à partir des données. Cela devient alors plus concret et elles commencent à comprendre les spécificités de l'IA une fois qu'elles ont lancé leur propre projet d'IA.


3.    À quels enjeux business une PME veut-elle principalement répondre en faisant appel à l’intelligence artificielle ?

Alessandro & Patrick : Les PME veulent principalement faire appel à l'IA pour 3 raisons :

  • Pour l'innovation produit : Les PME veulent créer de nouvelles sources de revenus en analysant les données d'utilisation pour améliorer la conception, les performances et les fonctionnalités de leurs produits ou pour développer des services supplémentaires.
  • Pour l'optimisation des processus : Les PME veulent minimiser les temps d'arrêt, automatiser les processus métier et optimiser la configuration des machines.
  • Pour l'innovation des services : Les PME veulent automatiser et faire évoluer leurs services.


4.    Quels sont les freins internes ou externes pour qu’une PME se « jette à l’eau » ?

Alessandro Murgia : D'après notre expérience, les principaux obstacles pour qu'une PME se jette à l'eau sont :

  • La collecte de données : Les PME ne savent pas comment collecter les données pertinentes. De plus, les données sont souvent stockées à différents endroits, il est donc difficile pour les PME de réorganiser ces différentes sources de données en un ensemble cohérent.
  • Qualité des données : Les PME ont accès aux données, mais elles ne sont souvent pas assez qualitatives (valeurs manquantes, erreurs...).
  • Manque de ressources : Les PME ne disposent pas de compétences internes en matière d'IA.
  • Législation : Les PME connaissent la législation pertinente, mais ne comprennent pas ses implications dans leur contexte.
  • Partage des données : dans un certain nombre de secteurs, les données requises pour aboutir à un produit ou un service de valeur sont réparties sur une grande partie de la chaîne de valeur. Les entreprises doivent donc collaborer et partager les données afin de pouvoir résoudre leur problème commercial.

Patrick Hoebeke : La propriété des données est également très importante. Avoir vos données sur votre serveur ne signifie pas que vous pouvez en faire ce que vous voulez. Par exemple, grâce à notre plateforme de surveillance, SynaptiQ, nous avons accès à des téraoctets de données mais la propriété reste du côté du client. Des accords spécifiques sont donc toujours nécessaires lorsque les données sont utilisées. La confiance est la base de notre travail. Il est également nécessaire de disposer d'une infrastructure solide. Pour cela, les services Cloud sont également très utiles pour les petites entreprises qui ne peuvent pas se permettre d'avoir une équipe informatique dédiée à cette tâche. Enfin, il est également important de disposer de données étiquetées. Par exemple, si vous développez des algorithmes de détection de problèmes, le fait de disposer d'exemples de problèmes connus facilitera considérablement l'apprentissage de ces algorithmes.


5.    Comment êtes-vous entrés en contact (PME & prestataire) ? Avez-vous bénéficié d’autres soutiens pour mener à bien votre projet conjoint ?

Patrick Hoebeke : La collaboration entre 3E et Sirris a débuté en 2013 dans le cadre du projet européen Arrowhead, où 3E et Sirris ont collaboré à la construction d'un modèle de prédiction de la consommation électrique d'un portefeuille de ménages. Depuis lors, 3E et Sirris ont collaboré et collaborent encore sur plusieurs projets. Pendant quatre ans, 3E et Sirris, en collaboration avec l'ULB, ont également co-supervisé un doctorant. 3E et Sirris sont devenus des partenaires solides, qui se complètent mutuellement. 3E apporte l'expertise du domaine et un défi industriel à relever, tandis que Sirris apporte son expertise en IA.


6.    Quelles sont les applications concrètes développées dans le cadre de ce projet ?

Alessandro Murgia : Nous travaillons actuellement sur un projet de R&D appelé Bitwind financé par le Fonds de transition énergétique du SPF Economie. Ce projet se concentre sur la détection automatique de la dégradation des performances des éoliennes offshore et le pronostic de la durée de vie attendue des composants correspondants. Les algorithmes développés ont comme application concrète le support à l'O&M (Opération et Maintenance), par exemple pour prédire quand une activité de maintenance spécifique est nécessaire ou pour optimiser la production d'énergie. Les méthodes développées ont permis à 3E d'offrir de nouveaux et meilleurs services à ses clients et une réduction stratégique des coûts pour 3E et le secteur de l'éolien offshore en général.


7.    Les résultats en sont-ils déjà mesurables ? Le retour sur investissement apparaît-il à court terme ?

Patrick Hoebeke : Certains des résultats intermédiaires du projet Bitwind sont en cours d'intégration dans les services internes de 3E par le biais de notre département de conseil. Cela permet des validations supplémentaires avec des clients externes et a déjà un impact direct sur le marché. En outre, ces résultats intermédiaires fournissent des éléments technologiques clés pour une solution envisagée plus large, conformément à notre business plan pour SynaptiQ wind. Nous prévoyons d'apporter des fonctionnalités d'analyse de l'énergie éolienne sous forme de modules complémentaires SaaS (Software as a Service) à la plateforme existante de gestion des actifs SynaptiQ.


8.    Fort de votre expérience commune, quels conseils adresseriez-vous aux PME qui hésitent à franchir le pas ?

Alessandro Murgia : Discutez avec un expert en IA et discutez ensemble des opportunités et des défis de l'IA dans votre contexte spécifique !

Patrick Hoebeke : N'ayez pas peur. Il existe de nombreuses entreprises de qualité qui pourraient vous aider à franchir le pas. De nombreux services de cloud computing disponibles aujourd'hui vous éviteront d'avoir à gérer une infrastructure et le grand nombre de bibliothèques open source réduira considérablement les coûts liés aux logiciels et vous ouvrira les portes d'une très grande communauté mondiale prête à vous aider. Vraiment, n'ayez pas peur.

 

Chatbot
Visitez notre FAQ pour découvrir la réponse à toutes vos questions.
La fonction vocale n'est pas disponible sur votre navigateur. Veuillez utiliser un navigateur plus récent.